J’aimerais vous parler d’un principe fondamental dans l’apprentissage.

Apprendre c’est avant tout mémoriser. Mémoriser une information c’est bien, mais la conserver sur le long terme c’est mieux.

C’est un point essentiel qui fait toute la différence.

Imaginer si vous deviez réapprendre indéfiniment tout ce que vous avez déjà vu, c’est vraiment une perte de temps.

De plus, de nos jours nous accumulons énormément de données et plus il y en a, plus il semble difficile de se souvenir de tout.

Détrompez-vous c’est bien le contraire. Mais faut-il avoir les bonnes stratégies ?

Je vais donc vous parler de la courbe de l’oubli.

Alors, suivez le guide et n’oubliez plus jamais ce que vous avez appris !

 

Le fonctionnement du cerveau

Il faut savoir que notre cerveau passe son temps à classer les informations.

Une information ne disparaît jamais réellement.

Lorsque vous apprenez quelque chose de nouveau, le contenu est facilement accessible.

Lorsque vous utilisez très peu celle-ci, vous prenez un certain temps à la retrouver. Voir vous ne la retrouvez pas.

Comme un vieux fichier PDF rangé dans un dossier inconnu.

Notre travail va donc consister de refaire le chemin régulièrement pour savoir où sont rangé toutes les données.

Pour savoir à quelle fréquence nous devons répéter, nous allons nous appuyer sur la courbe d’Ebbinghaus.

 

Qui est Hermann Ebbinghaus ?

Parlons d’abord du personnage à l’origine de cette courbe, Hermann Ebbinghaus (1850-1909).

C’est un philosophe allemand qui est considéré comme le père de la psychologie expérimentale de l’apprentissage.

Il est le premier à utiliser l’expérimentation  d’un problème sur l’étude de la mémoire.

L’expérience réalisée a été faite sur lui-même. C’est une expérience qui est considérée comme très rigoureuse portant des résultats probants avec une grande auto-observation (comptage réussites/erreurs et chronométrage du temps de réponse).

Voyons ce que nous disent les résultats de cette expérience.

 

Résultats

courbe de l'oubli

Ebbinghaus a compris énormément de phénomène très important après l’expérimentation:

–  Nous oublions 80% des informations au bout de 24 heures après une séance d’étude d’une heure.

–  Les premiers mots et les derniers morts sont mieux retenus [effet de primauté et de récence]

–  Tous les mots ne sont pas gardés en mémoire par notre cerveau, seul les mots impactant [effet von restorff], répété ou qui rime sont retenu.

–  Une information qui est dénuée de sens est oubliée très rapidement surtout au premier apprentissage.

–  Pour le premier enseignement, la qualité de l’attention et la durée d’exposition de l’information sont importantes.

–  Lors du premier apprentissage, les informations se perdent très vite allant de quelques minutes à plusieurs jours.

Chaque révision permet de consolider le contenu. Il faut revoir en moyenne 5 fois pour pouvoir intégrer sur le long terme.

Petite exception que j’ajoute ici qui n’est pas dans l’expérience d’Ebbinghaus. Les événements exceptionnels qui marquent notre esprit émotionnellement sont imprimés directement dans la mémoire à long terme. Par exemple le 11 septembre.

– Les révisions peuvent s’étaler sur le temps avec des écarts de plus en plus grands.

– À chaque révision, la durée nécessaire pour réapprendre est de plus en plus faible.

 

Cette expérience a été affinée avec le temps, mais cette courbe date tout de même de 130 ans et elle est toujours utilisée.

Alors comment fait-on pour retenir ?

 

Stratégie

Vous devez organiser immédiatement les révisions après la séance.

À savoir que j’ai personnalisé la technique. Je ne respecte pas tout à fait la stratégie d’Ebbinghaus.

Au lieu de faire une séance après 10 minutes, 24 heures puis 1 semaine, etc.

Je vous propose de faire des séances de révision  après 10 minutes, le soir en rentrant, le lendemain matin puis le surlendemain, etc.

Nous allons donc faire 4 révisions sur les 3 premiers jours pour ancrer et faire comprendre à notre cerveau que l’information est importante. En faisant ces 4 répétitions, vous aurez fait 60 % du travail.

J’ai constaté que les résultats sont bien meilleurs en utilisant cette méthode.

La carte à suivre:

–  1: 10 minutes après avoir terminé la séance d’apprentissage, faites votre première révision pour maintenir l’information toute la journée. Revoir le cours pendant 2 à 5 minutes est suffisant.

–  2: Le soir, faites une relecture des prises de notes. Ce n’est pas le moment idéal pour travailler, mais une lecture va considérablement rafraîchir la mémoire.

–  3: Le lendemain matin, faites un Mind Map sans les notes puis comparer et corriger une fois terminé.

–  4: Le surlendemain, faites-vous un petit quiz, répondre aux questions sans regarder les réponses au même moment. C’est important d’interroger le cerveau. Puis refaites le Mind Map.

–  5 :  Une semaine après, reproduisez les mêmes étapes, Quiz + Mind Map.

–  6:  Un mois après, recommencez, Quiz + Mind Map.

–  7: C’est une révision à faire juste avant l’examen ou 3 à 6 mois plus tard pour se rafraîchir la mémoire.

Vous devez refaire le chemin 7 fois pour vous souvenir correctement de l’information.

Vous pouvez utiliser ANKI pour créer des flash card et vous aidez dans les révisions.

La qualité de la rétention de l’information dépend de plusieurs conditions telles que l’attention, la technique et le sommeil.

 

Conditions variables

La courbe de l’oubli ne prend pas en compte beaucoup de facteurs.

Voici quelques un:

– Chaque personne est différente: le vécu, l’âge et les domaines d’expertises.

Le type d’information: les mots peuvent être plus ou moins longs, plus ou moins familiers, peuvent être une formule, une image, des idées, etc.

Les conditions d’apprentissages : Les distractions, l’attention, le moment de la journée, l’organisation des éléments à retenir, les émotions associées, les sens utilisés ou encore si l’information a été lu, vu, entendu, chanté, etc.

– La physiologie:  Le stress ou le sommeil

Les techniques de mémorisation employés: mnémotechnique, Mind Map, palais mental, etc.

Nous devons donc prendre en compte tous ces facteurs pour pouvoir améliorer notre mémorisation.

Pour terminer

Les révisions créent des effets cumulatifs. Plus vous apprenez sur un sujet et plus il est facile d’appréhender les concepts et le vocabulaire.

Les liens entre les différentes connaissances apprises se font de plus en plus facilement, vous pouvez donc assimiler une quantité croissante de savoir.

Il y a aussi d’autres grands bénéfices comme le renforcement de la confiance en soi, l’amélioration de la méthode de travail, mais aussi la qualité de vie.

En revanche l’absence de révision est un gaspillage de temps et du travail effectué. Vous abordez la nouvelle séance avec un faible souvenir des informations déjà vue. Le travail est moins efficace et moins rapide. Les associations des informations ne se font pas.

Les habitudes négatives créent une boucle infernale. Vous réapprenez à chaque révision, vous perdez du temps et vous vous découragez.

 

La mémoire est d’une grande complexité. Mais il y a des règles très simples applicables pour tous.

Surtout, suivez le process, essayez puis dites-moi ce que vous en avez pensé.

J’espère que cet article vous aidera et vous plaira.

N’hésiter pas à partager et à mettre un commentaire. Je vous répondrai avec plaisir !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •